LUTTE ANTI-BLANCHIMENT ET FRAUDE FISCALE 2019

28/11/2019 | DII

Avalanche de sanctions, pression réglementaire, extraterritorialité et automatisation des KYC : comment résoudre le casse-tête chinois de la LCB-FT ?

 

90% des grandes banques européennes ont déjà été sanctionnées pour des insuffisances de leurs dispositifs de lutte anti-blanchiment*. Et la France n’est pas épargnée… en témoignent les lourdes sanctions infligées par l’ACPR à de grands établissements financiers à hauteur de plusieurs millions d’euros d’amende. 

Ainsi, face au durcissement des contrôles par les régulateurs, au poids accrus des sanctions et à l’intensification du mouvement de coopération en Europe, les établissements financiers européens sont soumis à des obligations de vigilance toujours plus pointues.
Banques, assurances, tiers de paiement : vous êtes en première ligne ! A l’aube de la transposition de la 5ème directive LCB-FT, et à l’heure du registre des bénéficiaires effectifs et des nouvelles modalités de gels des avoirs, l’arsenal législatif se précise et vous devez ajuster vos dispositifs.

Le Chief Compliance Officer se retrouve face à des injonctions contradictoires : impulser une culture conformité sans bloquer le business, optimiser les dispositifs KYC sans entraver l’expérience clients.

Pour vous accompagner, DII a sélectionné 10 retours d’expérience de vos homologues, pour des échanges en toute confidentialité, sans présence médiatique.

Page de l'événement