Jean-Guillaume Peledan Sycomore AM

Intervenant

M. Peladan Jean-Guillaume

Fund Manager, Directeur recherche et Stratégie Environnement
Sycomore AM

Biographie

Jean-Guillaume Péladan est polytechnicien et ingénieur des Mines ParisTech. Il possède une double expérience privée et publique de dirigeant et d’investisseur dans le secteur de l'environnement.

Après un début de carrière dans le traitement des eaux usées, puis au Boston Consulting Group, il a dirigé successivement plusieurs entités de collecte et de recyclage de déchets chez Suez Environnement. En 2010, il a rejoint l'Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) en qualité de Directeur des Investissements d'Avenir pour construire la direction en charge de la mission d’opérateur du Grand Emprunt. Un montant de 3,3 milliards d’€ de crédits publics y est dédié à l’innovation pour la transition écologique et énergétique, sous forme d’aides d’Etat partiellement remboursables et d’investissement en capital. En 2015, Jean-Guillaume Péladan rejoint Sycomore AM pour y construire une stratégie d’investissement à impact environnemental positif. De cette stratégie sont nés le fonds actions Sycomore Eco Solutions, qui est devenu le 17 mai 2016 le premier fonds labellisé TEEC, Transition Energétique et Ecologique pour le Climat, et en 2017 la métrique dédiée NEC, Net Environmental ContributionTM.

Auteur et conférencier, Jean-Guillaume Péladan s’est aussi engagé dans plusieurs initiatives associatives (The Shift Project, Centre des Jeunes Dirigeants, …).

Mise à jour le 04/06/2018

Événement

Reporting ESG et climatique : du modèle français (art. 173 de la LTEE) au plan d’action européen sur la finance durable

En partenariat avec

Présentation

L’art. 173 de la loi de 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte impose aux investisseurs institutionnels et aux sociétés de gestion une transparence accrue sur les risques associés aux changements climatiques, au travers d’une information sur les modalités de prise en compte dans leur politique d’investissement des critères relatifs au respect d’objectifs sociaux, environnementaux et de qualité de gouvernance, et sur les moyens mis en œuvre pour contribuer à la transition énergétique et écologique. Ces obligations, qui donnent à la France un positionnement de précurseur, complètent celles issues de la loi Grenelle II ; et s’inscrivent dans le prolongement des pratiques de transparence établies notamment par la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures) du FSB.


Les premiers rapports établis dans la cadre de l’art. 173 ont été publiés en 2017, et ont été commentés par différentes structures : régulateur (AMF), association professionnelle (AFG) ou autres observateurs (notamment Novethic ou le WWW-France), qui ont pu noter les efforts conduits par les investisseurs et les progrès encore possibles pour une communication totalement pertinente. Il est ainsi utile de faire un retour d’expérience global sur la manière dont les investisseurs ont répondu à cette exigence de transparence, les apports réels d’information et les améliorations éventuelles à prévoir. 


Après avoir rappelé le contexte d’évolution vers une finance durable (par Michel Roux, qui vient de publier « La Finance durable ») et rappelé la genèse des obligations mises en place en France (Direction Générale du Trésor), le cabinet Mazars effectuera un rappel du cadre réglementaire, tandis que l’AMF, l’AFG et Novethic feront part de leurs observations sur la mise en œuvre effective de cet exercice de transparence et de reporting climatique. Un investisseur institutionnel (AXA) et une SGP (Sycomore AM) partageront leur expérience, avant que soit faite par Pierre Ducret (I4CE/CDC) une ouverture européenne. 


L’objectif de ce séminaire est ainsi de rappeler les obligations s’imposant aux investisseurs, d’analyser comment institutionnels et gestionnaires d’actifs s’organisent pour répondre à ces exigences de reporting et communication, et d’esquisser les perspectives de cadre européen qui devrait être issu du Rapport du groupe d’experts européens (HLEG) de janvier 2018 et du plan d’action de la Commission européenne présenté en avril.

Public visé

  • Directions RSE et ISR, Directeurs d’investissements, Gérants de fonds
  • Directions des Risques, de la Conformité, du Contrôle interne, Juridique
  • Direction générale de banques, assurance et sociétés de gestion, Conseils

 

Objectifs

  • Rappeler les obligations s’imposant aux investisseurs en matière climatique
  • Analyser la mise en œuvre opérationnelle et définir les bonnes pratiques
  • Se projeter sur les évolutions au niveau européen

Programme

8h30
Introduction
8h40
La finance durable, défis et enjeux : réconcilier économie, humain et société
9h00
La genèse de la réglementation sur le reporting climatique : le rôle précurseur de la France
9h20
De l’article 173 de la loi relative à la transition énergétique à la Déclaration de performance extra-financière issue de la transposition de la Directive européenne sur le reporting : quelles synergies entre ces différentes réglementations ?
9h45
Les enseignements du Rapport de l’AMF sur l’investissement responsable dans la gestion collective
10h10
Label ISR et recommandations de l’AFG
10h35
Les pratiques de reporting des principaux investisseurs français et européens
11h00
Pause
11h15
L’intégration de la dimension climatique par un investisseur institutionnel : choix d’orientation, organisation opérationnelle et contenu du reporting, réponse aux différentes obligations
11h45
L’expérience d’une société de gestion à travers sa métrique Net Environmental Contribution (NEC)
12h15
Les conclusions et suites du Rapport du High Level Expert Group et le Plan d’action de la Commission Européenne : quelle réglementation européenne pour demain ?
12h45
Questions / Réponses
13h00
Conclusion
Retour à la liste