Paris appelle les grands investisseurs en soutien de la French Tech

03/10/2019 | AGEFI

Emmanuel Macron reçoit 40 bailleurs de fonds internationaux pour le France Digitale Day mardi. L'occasion de donner un prolongement au rapport Tibi.

Les annonces en soutien de la French Tech vont se multiplier mardi, à l’occasion du France Digitale Day, et les jours suivants. Pour l’occasion, le président de la République, Emmanuel Macron, dînera ce soir avec quarante «grands investisseurs internationaux» dans le cadre du «Scale-Up Tour». Cette dernière manifestation vise à mettre en valeur les entreprises qui cherchent à atteindre le milliard d’euros (ou de dollars) de valorisation pour accéder ainsi au statut de licorne.

Outre l’Elysée, des groupes de la sphère publique (Bpifrance, Caisse des dépôts…) sont également attendus sur ce sujet dans les prochains jours. Le France Digitale Day pourrait permettre à cet égard de donner un prolongement au rapport de Philippe Tibi – lequel sera présent en fin d’après-midi à l’Elysée – sur le financement des entreprises technologiques.

Faire émerger des fonds tech

Remis en juillet, le rapport préconisait l’émergence de fonds «late stage», destinés aux entreprises au dernier stade de leur développement avant une entrée en Bourse, avec un objectif de dix fonds dotés chacun d’au moins 1 milliard d’euros d’ici à trois ans. Il proposait également la création d’un fonds français «global tech» de 10 milliards d’euros. Philippe Tibi y faisait le constat, maintes fois établi, d’une double défaillance du marché, avec une faible offre d’un côté – peu d’introductions en Bourse de valeurs technologiques à Paris, et peu de leaders français dans ce domaine – et une faible demande de l’autre. Faute d’une base d’investisseurs référents dans la tech, Paris a peu de chances de rivaliser avec d’autres places financières.

Sur le front bancaire, le Crédit Mutuel Alliance Fédérale a ouvert le bal dès lundi après-midi en dévoilant une enveloppe de 200 millions d’euros à destination des start-up. La banque consacrera 125 millions d’euros sur cinq ans en fonds propres aux jeunes pousses par le biais de sa filiale CM-CIC Investissement, qui doublera ainsi à 250 millions d’euros le montant de ses tickets dans les start-up. Les Assurances du Crédit Mutuel (ACM) apporteront les 75 millions restants.