Slides Agathe Bonnigal

Intervenant

Mme BONNIGAL Agathe

Global Compliance Officer
Coface

Biographie

Agathe BONNIGAL, occupe actuellement le poste de Global Compliance Officer au sein du Groupe Coface après avoir acquis une solide expérience à Londres et à Paris dans le domaine de la conformité et plus particulièrement de la lutte contre la criminalité financière.

Elle a débuté sa carrière en tant qu’analyste conformité au sein de GE Capital. Puis, elle a rejoint pendant plus de trois ans le département Financial Crime Compliance d’HSBC au poste d’AML Policy oversight Manager.

Docteur en droit privé, Agathe a récemment soutenu sa thèse intitulée « Compliance et soft law en matière bancaire et financière ».

Mise à jour le 13/06/2022

Événement

La soft law ou « droit souple » : typologies, portée normative et contrôle juridictionnel

Présentation

Constituée de textes d’origine - autorités de supervision, associations professionnelles, … - et de nature - recommandations, positions-réglementations, lignes directrices, codes ou guides professionnels, recueils divers de bonnes pratiques … - variées, la soft law ou « droit souple » ou encore « droit mou » désigne un ensemble de textes de référence, établis progressivement en complémentarité aux textes législatifs et réglementaires constituant la hard law ou « droit dur ». Pouvant ainsi émaner des autorités publiques comme des acteurs privés, ces règles et principes sont souvent qualifiés de cadre normatif moins rigide, voire juridiquement non-contraignant.

Les professionnels du secteur financier ont pourtant bien compris que la soft law est dotée d’une force normative indéniable qui s’impose à eux, et qu’il serait dangereux de ne pas les considérer ces règles de droit, malgré la qualification de « souple », avec une attention similaire à celle naturellement dévolue aux textes plus normés, européens ou nationaux, encadrant leur activité. Répertorier, assimiler et suivre ces règles constitue assurément un défi permanent, notamment pour les responsables des fonctions juridiques, affaires réglementaires, conformité ou risques.

Plusieurs interrogations demeurent chez ces professionnels, notamment sur le périmètre de ces règles de soft law à intégrer dans le référentiel interne, la véritable portée normative de ces textes divers, ou la nature du contrôle qui peut être exercé sur ces règles éparses ? Pour y répondre sont réunis professeurs de droit, praticiens du droit ou de la conformité au sein d’établissements financiers régulés, superviseur, et avocat aux conseils, pour un échange de nature juridique bien sûr, mais également opérationnelle sur la pratique du suivi des règles de soft law.

Programme

8h30
Propos introductifs
8h35
Les typologies de « droit souple »
9h15
La portée normative du « droit souple » : table-ronde
10h15
Le contrôle juridictionnel du « droit souple »
10h45
Questions/ Réponses / Echanges avec la salle et les intervenants
11h00

Retour à la liste